Communiqué de presse de Gaelle Blanc Lajonie
(dimanche 4 juin 2017)

 

z1


Après les évènements dramatiques de Londres hier soir, samedi 3 juin 2017, je voudrais adresser toutes mes condoléances et mon soutien à nos amis britanniques qui viennent d’être frappés à nouveau par la barbarie islamiste. J’ai également une pensée émue pour nos compatriotes blessés à l’occasion de cet attentat. Londres n’est qu’à une heure de notre capitale. Ces visions d’horreur nous renvoient aux tristes heures vécues par notre nation à Nice et Paris, entre autres.
Les terroristes attaquent notre jeunesse et veulent détruire notre mode de vie, nous devons répondre de façon ferme, déterminée et sans concession. L’effroi ne doit pas nous empêcher de réagir et de prendre des décisions pour notre pays et ses habitants qui méritent la sécurité et la paix.
Certes, la lutte contre le terrorisme passe par une politique de prévention et de renseignement ambitieuse.
Mais je l’ai déjà dit, l’angélisme n’est pas de mise et l’état d’urgence doit être maintenu aussi longtemps que notre pays sera menacé. Prétendre le contraire est une faute.
A titre d'exemple, le gouvernement français a indiqué en novembre 2016 qu'après un an d'état d'urgence, 600 armes à feu détenues illégalement ont été saisies dont 77 armes de guerre. Ces saisies n'auraient pas eu lieu sans la mise en place de cet état d'exception et continuent aujourd'hui.
Tout d’abord, nous devons renforcer les moyens de la coalition en charge de la destruction de l’Etat Islamique.
Par ailleurs, je propose un certain nombre de mesures pour un plan d’ensemble de sécurité pour la prochaine mandature. Si je suis élue, je m’attacherai à porter ces propositions au sein de la représentation nationale :
- Refonte des services de renseignements intérieurs et extérieurs.
- Création d’une unité de renseignement carcérale.
- Recrutement de policiers pour soulager les militaires de l'opération sentinelle.
- Renforcement de la cyber surveillance anti-terroriste.
- Interdiction et expulsion des prêcheurs de haine.
- Fermeture administrative des mosquées salafistes.
- Prise en compte de l’immense réseau des maires de France afin de détecter les signaux faibles de radicalisation.
- Renforcement de la sécurité urbaine avec la mise en place d’un plan d'aides au déploiement de caméras et de plots "pare-buffle" sur les zones piétonnes, notamment.
 
Nous devons faire preuve d’un volontarisme sans faille et en aucune manière baisser la garde.
 
Gaelle Blanc Lajonie